ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

La Lettre du Président n° 5, juil. 2014


Si vis pacem, non para bellum ?

En cette année d'importantes commémorations liées aux deux grandes guerres mondiales qui ont ravagé notre continent, il nous a paru utile d'engager une réflexion approfondie sur les défis qui se posent à la France dans les conflits d'aujourd'hui et de demain.

C'était l'objet de la conférence que le Général Desportes, ancien directeur de l'Ecole de guerre, a donnée à Sciences Po Dijon (voir page 4).

Nous ne sommes plus évidemment à l'époque des ouvrages fortifiés de Vauban, Séré de Rivières, Maginot ou de la ligne Siegfried.

Alors que la plupart des budgets consacrés à la défense par les pays occidentaux sont en décroissance régulière, voire en chute libre, la Chine et l'Iran en particulier équipent leurs armées de matériels de plus en plus performants et souvent de haute technologie.

Les menaces pour nos pays démocratiques sont désormais multiformes à cause des insurrections, du terrorisme, des fanatismes et de la pauvreté qui prolifèrent si près de nous, de l'autre côté de la Méditerranée, au Maghreb, en Afrique subsaharienne, au Proche et au Moyen-Orient.

On ne peut rester insensibles aux appels au secours lancés régulièrement par l'Italie submergée par des immigrés fuyant la misère et les combats dans leur propre pays. Il est clair qu'une approche politique globale pour la défense de l'Europe s'impose, nous ne devons pas rester l'arme au pied.

A nous, citoyens engagés dans cette Europe-là, de susciter cette prise de conscience pour sauver nos valeurs et notre démocratie avant de les faire rayonner à nouveau.

Yves Japiot

                                                        

Président(e) de la section

M. Yves JAPIOT