ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

La Lettre du Président n° 4, janv. 2014


De l’ordre

Le Général de Gaulle, dès son arrivée au pouvoir en 1958, engagea de grandes réformes dans les domaines les plus variés, quitte à bousculer l'ordre établi. Soucieux de mettre un frein à la multiplication des décorations, 85 en 1962,  et désireux de mieux récompenser les Français qui ont eu des parcours exemplaires dans les activités les plus diverses, le Chef de l'Etat décida la création de l'Ordre national du Mérite, il y a 50 ans précisément. Grand admirateur de Pierre Corneille, il avait peut-être en mémoire ces vers du Cid :  « O combien d'actions, combien d'exploits célèbres / Sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres… »

Pour montrer avec éclat l'élan qu'il voulait donner à son initiative et affirmer sa détermination à s'ouvrir aux jeunes ainsi qu'à la société civile, le Général de Gaulle remit lui-même à l'Elysée, le 25 juin 1964, quelques-uns des premiers insignes du nouvel Ordre aux médaillés des Jeux Olympiques d'hiver d'Innsbruck parmi lesquels se trouvaient Marielle et Christine Goitschel, Léo Lacroix et Alain Calmat.        

Par plusieurs manifestations dans notre département, nous avons célébré cet anniversaire avec pour objectif de montrer la richesse des multiples talents connus ou discrets qui ont émergé parmi les Côte-d'Oriens et ont été honorés par la Nation.

 Le 3 décembre,  le Président de la République, Grand Maître de l'Ordre, invitait à l'Elysée les principaux responsables nationaux de notre Association ainsi que les présidents des sections départementales à une cérémonie solennelle au cours de laquelle il exprima l'hommage de la Nation toute entière aux 306 000 compagnons distingués pendant ce demi-siècle.

A 50 ans, l'Ordre national du Mérite a atteint l'âge mûr. Les talents distingués et reconnus aux Français dans la diversité des générations, des origines sociales et culturelles, des professions célèbrent avec brio les noces d'or de notre Ordre avec la Nation. Et aujourd'hui, à propos de ses membres, le Général de Gaulle aurait peut-être médité ces vers du Cid : « Pour te récompenser, ma force est trop petite / Et j'ai moins de pouvoir que tu n'as de mérite. »

                                                                                                               Yves Japiot

 

 

 

                              

Président(e) de la section

M. Yves JAPIOT